SANS TITRE … .

De temps en temps, il faut aussi pouvoir dire ce qui ne va pas. Pas question d’être polémique mais bien de mettre des petits soucis en évidence. Faire un constat. Ce n’est pas la première fois que cela arrive alors autant en parler.

Hier, lors de la présentation des équipes à Flobecq, c’était un peu le capharnaüm. L’espace situé entre le podium et les barrières de l’espace VIP faisait 2 m tout au plus. Dans cet espace, devaient circuler les cyclistes, les membres des staffs, les familles, les amis, les supporters, les journalistes, les photographes occasionnels et les curieux. Nous avons même vu une classe de primaire au complet y déambuler. Vous voyez ça d’ici. C’était qui poussait l’autre à qui mieux mieux pour passer, pour interviewer, pour avoir un contact avec un coureur ou pour prendre des photos. Et forcément, dans ces cas-là, ça grince des dents. Et plus … . En outre, il eut fallu faire monter les coureurs par un côté du podium et les faire descendre de l’autre. Ce n’était pas le cas et forcément l’anarchie s’est installée.

Déjà, il y avait des photographes de toutes espèces dans les VIP. Il y avait des journalistes reconnus et accrédités un peu partout et puis il y avait des gars comme moi, qui essayaient autant que possible de nouer un contact ou de prendre des photos. De toutes évidences, il faut laisser la place prioritairement aux accrédités et aux professionnels. Mais voilà, tout le monde ne le comprend pas de cette façon. La journaliste de NOTELE avait toutes les peines à faire son boulot. Oui, dans son cas ou dans celui de la presse écrite, c’est de leur travail que l’on parle. C’est leur gagne-pain. Finalement, nous avons pris une position assez éloignée du podium pour éviter les bousculades et les conflits qui pourraient amener à la bagarre. Vous avez vu nos images, elles sont faites de côté pour la plupart. Pas top mais c’est mieux ainsi. Certains ne comprennent pas qu’ils ne sont pas les seuls à vouloir les images de tels ou tels coureurs. Ou parler avec telles ou telles personnes. Et quand tout le monde veut la même chose, c’est le bastringue.

Nous ne demandons jamais d’accréditation car nous estimons que c’est d’abord aux pros de travailler. Nous essayons toujours de faire notre loisir le mieux possible et sans gêner mais il y a des « individus » qui devraient se remettre en question. Ils n’ont pas de limites. Et nous pouvons vous dire que nous les avons repérés depuis le temps que nous sommes sur le circuit. Ils ne vont tout de même pas gagner 2.000 € avec une photo alors pourquoi foutre le bordel ?

Attention, hier, c’était encore passable mais nous avons connu des moments plus délicats. Nous avons même quitté certains lieux pour ne pas entrer en conflit. C’est tout de même fort pour des gens qui vont sur une épreuve pour le plaisir. Sans compter que la voie publique est à tout le monde !!! Ou alors il faut délimiter des espaces réservés plus grands.

Et que dire des coureurs, déjà bien énervés par la course, qui doivent se soumettre dans un semblant de sérénité, à l’ensemble des demandeurs. Pas simple la vie d’artiste.

C’est pas le tout mais la vie continue… .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s