LE SAVIEZ-VOUS ?

Sujet cocasse s’il en est, il est néanmoins devenu au fil du temps un très sérieux problème. Uriner en ville n’était pas un souci dans les années antérieures. Pour exemple, à Lessines, il y avait des urinoirs publics à la Rue César Despretz, sur la Grand Place, à la Place de la Gare, au Parvis Saint-Pierre, à l’Ancien Chemin d’Ollignies, au Théâtre de Verdure, à la Rue des 4 fils Aymons, … . Ce n’était pas ça qui manquait. Le tout était entretenu par le service des travaux de la ville. Et quand vous en éprouviez le besoin, il n’était pas interdit de vous orienter vers un café ou un magasin. De nos jours, c’est différent. Les lieux d’aisance publics n’existent plus. Et quand vous allez dans un café, on vous invite à consommer à défaut, on vous interdit d’occuper les toilettes ou on vous fait payer. Le cycliste et le vététiste n’ont pas ce souci, ils s’arrêtent en bord de route et hop, ils se sentent mieux en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. On parle ici du sexe masculin. Car pour le sexe féminin, c’est encore plus compliqué.

Mais voilà, tout un chacun ne sait pas que faire un besoin sur un mur, dans un recoin, … peut, pénalement, être constaté par la force publique comme étant un attentat à la pudeur. De fait, un « pisseur » peut être vu par des passants, des enfants, … . Se montrer nu dans la nature peut être assimilé à de l’exhibitionnisme s’il y a intention de troubler l’ordre public … , de se mettre en valeur. Et cela ne varie pas que vous soyez en agglomération ou dans les bois.

Depuis quelques années, les autorités communales avec la Région Wallonne, ont créé ce qu’on appelle communément des « SAC » ou Sanctions Administratives Communales. Celles-ci visent une grande partie des incivilités rencontrées dans notre société. Sacs poubelles avant l’heure, dépôts clandestins, voitures mal garées, … . Mais aussi uriner sur la voie publique. Toutes les entités ne l’appliquent pas de la même façon et les tarifs varient de l’une à l’autre. Il n’est pas rare que vous soyez amené à casquer 100€ pour un « pipi » urbain. Sans compter les frais de nettoyage qui pourraient être portés à votre compte. Et sans présumer des réactions pénales et civiles voire agressives du propriétaire du bien. Un PV pourrait aussi être transmis au Procureur du Roi de votre ressort. Mais soyons clair, les « SAC » sont justement prévues pour désengorger les Parquets et pour avoir des actions plus rapides via le sanctionnateur provincial.

Les plus critiques diront que c’est un peu fort de café de devoir payer une « SAC » car sans WC publics et sans cafés à proximité, celui qui a une petite vessie ne va tout de même pas faire dans son pantalon voire dans une bouteille. Il est un fait que c’est plus compliqué. D’autres diront aussi qu’il y a bien des WC mais ils sont chers et dégueulasses. C’est vrai dans les grandes villes.

Alors amis cyclistes. Gaffe. Le « pipi » routier n’est pas si anodin qu’il y parait. Si vous vous faites prendre, la douloureuse risque de vous délester d’une belle somme. Sans compter que si ça part au Tribunal, vous auriez encore bien plus d’emmerdements. A l’avenir, regardez à deux fois avant de vous soulager !!!! Un pisseur averti en vaut deux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s