« SOUVENEZ-VOUS » : Louis MOTTIAT.

Corrigé le 04/11/2018.

Photo. Louis MOTTIAT ne faisait jamais deux jours sans avoir son portrait dans le journal vers les années 1920. Une gloire wallonne un rien oubliée.

MOTTIAT était un coursier de Châtelet. (Bouffioulx) Il est décédé en 1972 à Gilly (Charleroi) à l’âge de 82 ans. Il a été professionnel durant 14 ans chez « LA SPORTIVE » (consortium), THOMMANN et ALCYON entre 1912 et 1926. La plupart sont des marques de cycles comme : CLÉMENT, LA FRANÇAISE, GLADIATOR, … .. Il aura été pro individuel comme beaucoup de ses comparses. Les équipes belgo-françaises n’étaient pas nombreuses. Ses équipiers : les BUYSSE, DEMAN, les MASSON, PELISSIER Henri, LAMBOT, MICHIELS, SCIEUR, THYS Philippe, les VERMANDEL, FRANTZ, GAY, SELLIER, WOUTERS, DEFRAYE, les HEUSGHEM, VAN HAUWAERT, … . MOTTIAT était à Lessines en juin 1938 pour encourager les coursiers du « GP GEORGES KUGE » pour les Indépendants. Il venait dire le bonjour à DESCHUYTENNEER « Jef » qui cassait la baraque. Joseph, le bois-de-lessinois, l’emportera d’ailleurs cette année-là.

desch60

Vous le voyez courir sur cette image. Il est sur la Grand Place, face au nouvel hôtel de ville. Avez-vous remarqué la foule ? Il y sera aussi passé en qualité de coureur. Il aura pointé lors d’un contrôle volant du Tour de Belgique, au « Café du Printemps », situé à la Rue de l’Hôtellerie. Le cyclisme aura été sa passion. Des résultats, il en a fait à la pelle ce costaud que rien ne rebutait : 1er à Bruxelles-Paris, plusieurs Tours de France avec des victoires d’étapes à son actif, 1er à Liège-Bastogne-Liège, 1er à Paris-Tour, 1er à Bordeau-Paris, … . Il tâtait du vélodrome à l’occasion. Si MOTTIAT ne gagnait pas toujours, il faisait très fréquemment des podiums. Nous n’oublierons pas que vers 1915, le cyclisme était dur. Les routes étaient peu propices à ce sport. Les vélos étaient encore rudimentaires et lourds. Le kilométrage était bien supérieur à celui que les organisateurs proposent de nos jours. Il fallait donc bien du mérite pour pratiquer une telle discipline. Il faut dire que le public était leur moteur !!!

Évoquer MOTTIAT, c’est nous rappeler de BOONE Emile, ce lessinois de souche. « Milo » aura roulé dans le même peloton juste avant la guerre de 14-18 et juste après. Ils se seront croisés et concurrencés. BOONE est souvent cité dans les listes des grandes épreuves belges. Le journaliste local disait de lui qu’il n’était pas beau sur un vélo mais qu’il inspirait le respect tant son courage était grand. Et puis, citons Léonard LAURENT, l’acrenois, grand-père de Jean LAURENT, de la Chaussée (face au cimetière) dont les résultats étaient très prometteurs. On sait de lui que lors du « CIRCUIT DINANTAIS » de 1920, il aura eu fort à faire face à la coalition SELLIER/JORDENS qui se sont évertués à le culbuter pour qu’il ne fasse pas un résultat sur leur terre. C’est en vain  qu’il déposera réclamation contre ces conspirateurs.

Ces épopées d’un autre temps sont très inspirantes. Une chance que nous en ayons encore des traces.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s