« PORTRAIT » : Michel MISSANTE.

Corrigé, le 08/11/2018.

Le 01 septembre 2004, Michel MISSANTE décédait d’un accident domestique à Braine-l’Alleud. 14 ans. Dans l’entité, nombreux sont ceux qui se souviennent de lui.

Commissaire de police (communale puis zonale) rigoureux, c’était aussi un passionné de bicyclette. La première image qu’il laissait était souvent celle de quelqu’un qui veillait à faire respecter les Lois et Règlements à la lettre. Quand il assurait l’encadrement d’une course cycliste, ce n’était pas pour « emmerder » le monde comme on l’a souvent entendu.  Mais bien pour que la sécurité soit maximale. Combien de fois n’avons-nous pas assisté à ses discussions interminables avec Victor DUBOIS, alors président du RVC ST-ROCH. Quand un usager irrespectueux des panneaux devait faire l’objet d’un enlèvement par dépanneuse, peu importe si cela devait retarder la course. Quand il manquait de signaleurs sur certains axes, c’était pour des raisons identiques. S’il ne l’avait pas fait, les mêmes qui rouspétaient sur la méthode auraient été les premiers à le lyncher s’il y avait eu un accident durant l’épreuve. Par ailleurs, il était le premier à prévoir un maximum d’effectif pour garder les carrefours les plus dangereux. Sur toutes les courses, il y avait de la police. Et derrière « le fonctionnaire » qui ne regardait jamais à une minute ou à une heure pour son travail, il y avait aussi un homme qui savait donner de lui-même.

Puis avec le temps, il avait pris goût au cyclotourisme. Il s’y est mis assez tardivement. Il avait acheté sa bicyclette. Il avait sa tenue. Il ne faisait pas partie d’un club. C’était presque devenu un virus. Jean-Claude DELHAYE, son ancien collègue, (mordu de cyclisme) peut le confirmer. Michel n’était pas particulièrement un trouillard. C’était même un costaud. Il s’est même lancé le défis de concourir le vendredi soir lors du FESTIN. Plutôt folklorique, cette « course » n’en avait que le nom. L’ensemble des compétiteurs lessinois prenaient le dossard pour la gagner. Jacqueline SAUVAGE, présidente du comité de la Porte d’Ogy, savait qu’elle pouvait compter sur Michel, toujours disponible. Vers 1990, il s’est inscrit. Après quelques tours, il a raté un virage en face du bureau de police situé Rue César Despretz. Déporté pour une raison dont nous n’avons plus souvenance, il a pris la bordure de gauche en remontant la Rue Watterman et est tombé lourdement. Emmené à l’hôpital, une fracture du bras ou de la clavicule lui a été décelée. Mais trois jours plus tard, il était déjà au boulot.

Comme nous le constatons, il ne faut pas toujours être compétiteur, cyclo, loisir, signaleur, organisateur pour aimer et aider le cyclisme. Michel MISSANTE en est un exemple. La police a un rôle à jouer.

N.B : Son frère, Henri, est également devenu cyclotouriste tardivement. Aujourd’hui, il est très actif dans le club « VÉLO BALADE SANTE » dont le siège est au café « Le Ramier » à Lessines. Ce club est destiné aux amateurs de vélo qui souhaitent rouler de petites distances à un petit rythme. Avec des engins électriques ou pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s