COUREUR CYCLISTE ET PUIS … ??? #Reconversion #2021

Photo. « LE POSTILLON ».

La reconversion d’un sportif. Un vaste débat !!! Il fut un temps, il ne fallait pas se poser la question. Les coureurs trouvaient du travail dans la plupart des milieux. Représentants, employés, soigneurs dans l’ancienne équipe, directeurs sportifs, … et même policiers. C’est ce qui avait été proposé au paternel une fois sa carrière terminée. (Garde-Champêtre à Bois-de-Lessines – Il a souvent regretté ce qui a l’époque ne semblait pas être fait pour lui) Il y avait du travail à chaque coin de rue et la législation était peu contraignante. Quand ils souhaitaient devenir mécaniciens ou marchands de cycles, il n’y avait aucun obstacle devant eux. Pas de diplôme obligatoire, ni même d’accès à la profession pour devenir indépendant. Ce n’est plus le cas de nos jours. En plus, il y a un registre de commerce qui ne date que de 1971 !!! ??? (Banque Carrefour des Entreprises) Beaucoup de ces compétiteurs n’avaient pas fait de grandes études. Alors, l’imagination devait aussi prendre le relais. Aujourd’hui, il est vrai, poussés par les parents, les jeunes font un minimum d’études (un maximum pour d’autres). Déjà un bon point en vue de la reconversion. Et puis, des formations de plus en plus nombreuses existent. Connaissant très bien la formation, nous pouvons vous dire que les domaines sont extrêmement vastes. Il y a des choix multiples et accessibles sans pour autant posséder un Q.I de 150. Nous voudrions juste dire deux mots sur Thomas DEGAND. Il est exact que terminer ainsi en « eau de boudin », c’est triste. Surtout ce mode « d’abandon ». Beaucoup d’autres sont passés par là. Mais il a une grande chance. Il est très intelligent et il a un bon entourage. Il ne fait aucun doute qu’il va trouver chaussure à son pieds. #MeilleureCommunication=GagnantGagnant #RemiseEnQuestion

Une légende du vélo a son commerce.
BOONE Emile, la première vedette lessinoise, a eu son commerce.

Il y a quelques années, nous avions rédigé la liste de quelques compétiteurs et de l’emploi occupé après leur carrière. En voici quelques uns. Nous entendons déjà : « Oui, mais ils ont eu la belle vie durant plusieurs années » … « Il y en a un paquet qui s’est mis du fric plein les poches » … . Le travail de sportif de haut niveau est dur, compliqué. Il faut avoir la santé, des sponsors, des rentrées et de la volonté. Tous entre +/-1900 et +/- 1960 n’étaient pas des millionnaires. Combien ? 5% et encore !!! De nos jours, les gars des petites équipes sont au minimex. Avec ça, comptez les faux-frais et vous aurez compris que la vie n’est pas bien rose. Et ce que nous écrivons là est valable pour la TOTALITE des sports/sportifs.

VAN LOOY Rik : a tenu un manège, une école de cyclisme et un peu directeur sportif

VAN STEENBERGEN Rik : rentier.

MAES Sylvère : tenancier de café. DS.

DECABOOTER Arthur : entrepreneur. (en fait c’est sa femme qui avait une entreprise)

SORGELOOS Edgard : tenancier de café, employé, peintre.

VERBEECK Frans : fabricant de vêtements cyclistes.

DESMET Gustaaf : marchand de cigares.

DESMET Armand : tenancier de café, magasin de sport et car wash.

DESMET Gilbert : tenancier de café.

NOYELLE André : activités en rapport avec le cyclisme.

VANSCHIL Victor : maître nageur.

CLAES Jean-Baptiste : gérant des magasins JBC. (son fils maintenant)

MOLENAERS Yvo : gérant d’hôtel.

VAN CONIGSLOO : a eu une affaire cycliste.

VAN NITSEN Willy : chauffeur de ministre.

DE MULDER Frans : chauffeur de camions.

DECOCK Roger : négociant en jeux de café.

TRUYE Willy : dans la restauration et salle de fête.

LELANGUE Robert : directeur sportif et ensuite employé.

COECKAERTS Raymond : chauffeur de bus.

DE CONINCK Roger : chauffeur de bus.

CERAMI Pino : magasin de vélos.

MATHIJS Lucien : tenancier de café.

THUMAS José : chauffeur de taxi.

SCHROEDER Willy : magasin de chaussures.

ROMAN Clément : opérateur de café.

BORREMANS Paul : magasin de vélos.

ADRIAENSENS Jean : centrale de boissons.

VAN CAUTER Emile : Machines à sous.

Plus nous avançons dans les décennies, plus les coureurs ont fait des études. Mais, à la fois le marché de l’emploi a rétréci et le nombre de demandeurs a augmenté. A moins d’avoir un bon réseau de connaissances, il y en a qui sont dans la galère dès la carrière terminée. Même s’ils avaient pensé à la RECONVERSION au préalable. Sans oublier l’aspect psychologique qui est très important.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s