« SOUVENEZ-VOUS » : Gino BARTALI. #2021

Corrigé.

Photo. En 1948.

Evoquer un des plus grands champions cyclistes, toutes générations confondues, en quelques lignes est un exercice périlleux ou/et présomptueux. Avec une telle longévité dans le milieu, de tels résultats sur le vélo, nous nous limiterons à l’essentiel. Mais lequel ??? Gino BARTALI est originaire de la région de Florence (Ponte A Ema). Il est décédé en 2000 à l’âge de 85 ans. Le plus incroyable est certainement qu’il a été professionnel durant près de 20 ans, soit de +/- 1935 à 1954 dans les équipes suivantes : « AQUILANO », « FREJUS », « LEGNANO », « TEBAG », « BARTALI » et variantes. Quelques équipiers : BINDA, GUERRA, MEALLI, COPPI, MAGNI, VOLPI, RICCI, NANINNI, BLUSSON, CERAMI, DUBUISSION, DUPONT, JOMAUX, SABATTINI, SARTINI, ZAMPIERI, … . A son palmarès, on notera qu’il a +/- 139 victoires dont : 2 « TOURS DE FRANCE », 3 « TOURS D’ITALIE », 4 « MILAN SAN REMO », 3 « TOUR DE LOMBARDIE », 4 titres de « CHAMPION D’ITALIE », 1er à MONTJUICH, 1er à BARCELONE, des étapes au « TOUR », au « GIRO », en « ROMANDIE », en « SUISSE », au « PAYS BASQUE », 1er à MILAN, 1er à VARESE, 1er à ROME, FIRENZE, PARIS, à CHARLEROI, MARCHIENNE, LUGANO, ALSEMBERG, BERTRIX, WIESBADEN, VIENNE, à HERVE, … . Impressionnant pour un coursier qui était à la fois bon grimpeur et bon sprinteur. Très endurant. Pourtant, à 13 ans, il était réparateur de bicyclettes mais il voulait courir. Son père fini par craquer et il prend une licence chez les débutants. Alors qu’ayant été très malade tout petit (il en a même perdu la voix durant six mois), qui pouvait penser qu’il pourrait rouler en vélo ? Devenu « indépendant » un bref instant, il passera professionnel chez « FREJUS » en 1935. En 1936, il gagne le « TOUR D’ITALIE » mais perd son frère (amateur) accidenté dans une chute/glissade avec/contre une voiture. Et puis, il enchaine les grands faits comme vous avez pu le voir dans le palmarès. Enfin, COPPI émerge. La concurrence viendra de son propre pays. COPPI exigeant même que BARTALI ne soit pas retenu pour un « TOUR DE FRANCE » en 1953. Il chute lourdement en 1954 (fractures multiples) et en 1955, il arrête sa carrière. Finalement, il deviendra directeur sportif de l’équipe « SAN PELLEGRINO » dans laquelle il embauche … un certain Fausto COPPI. Mais voilà, COPPI meurt en 1960 de la malaria et ne sera pas le capitaine de route tant espéré. BARTALI meurt en 2000 d’un arrêt cardiaque. Depuis, des stèles, des rues, des épreuves sportives, … poussent un peu partout en Italie. Mais BARTALI a laissé autre chose que du deux roues dans sa vie. Il a notamment aidé les juifs pendant la guerre (1940-1945). Il faisait partie d’un réseau clandestin qui acheminait de faux papiers dans la potence ou la selle de son vélo. Il échappa de justesse aux fascistes. Mais il était militaire durant la guerre et en s’éloignant de sa région pour fuir la répression, il fut considéré comme déserteur. Il ne fut jamais jugé. Il continuera de loger des juifs dans son appartement. En 2013, il reçu le titre honorifique de « JUSTE PARMI LES NATIONS ». Par ailleurs, il était déjà « GRAND OFFICIER DE L’ORDRE DU MERITE ITALIEN »et « CHEVALIER DE LA GRAND-CROIX DE L’ORDRE ITALIEN ». Gino BARTALI était un grand champion mais par-dessus tout, c’était un grand homme. Il laisse une famille qui peut être fière de tout ce qu’il a entrepris. #Souvenons-nous !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s