« SOUVENEZ-VOUS ». #LouisGROGNA #2021

Photo. « L’ARISTOCRATE » du vélo. (1899)

Vous avez certainement tous pu lire que le deux-roues est une émanation du tricycle et du quadricycle. Mais c’était aussi un engin coûteux que tout le monde ne savait pas acquérir. Du moins au début. L’histoire de Louis GROGNA – né à Seraing le 17 juillet 1879 – est assez symptomatique de ces coursiers des premières années de compétition. Si une partie d’entre eux étaient appelés « LES ARISTOCRATES » c’est pour une raison simple. D’un côté, Il existait des épreuves courtes, de vitesse, d’un quart d’heure maximum. Et d’un autre, des gros morceaux d’une journée avec des difficultés impensables de nos jours. Ceux qui cherchaient à en faire le moins possible étaient des fils de « bonnes familles ». Il fallait ne pas trop se salir. En outre, ils avaient du matériel « premier cri ». GROGNA est le fils d’un gros entrepreneur liégeois, élevé par une gouvernante avec gants de soie, qui ne sait que faire de ses heures de loisir. Le « fils à papa » meublait son temps comme il pouvait. « MONSIEUR » allait sur les courses avec chapeau melon, costume taillé, gants blancs, cravate stylée et chaussures clinquantes. Le « DANDY » était aussi surnommé « LE PETIT PASTEUR ». Grand voyageur devant l’éternel, il fit le tour du monde (bateau), visita l’Afrique, les Amériques, … , Tunisie, Algérie, il resta même un an en Argentine. Revenu au pays, il devint Champion de Belgique de vitesse. Il tenta le championnat du monde de Rome mais n’y brilla pas. Il n’avait pu détrôner son compatriote Louis PROTIN. En 1904, il chuta à Gênes et quitta le cyclisme à l’âge de 25 ans (bras cassé). Il meurt en 1940 à l’âge de 60 ans. Il était ce que nous appellerons « un pistier ». #EpoqueFabuleuse

Il a été coureur de 1898 à 1905 en individuel. Dans les pelotons il a certainement croisé : BERTIN J, DE ROECK A, DELEU A, DUBREUCQ E, GARIN M, HOUBEN H, IMPENS A, MERCIER F, ROUSSET P, CHAUDRON E, CONTI C, EMILE P, AREND W, BALTUS J, FERRARI U, FRIOL E, GEORGET L, LEQUATRE M, … . Il laissera aussi son nom au record du monde des 500 m : 37 sec – moyenne 48 km 649. (1902)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s