NOSTALGIQUES C’EST POUR VOUS !!!

Ce texte est extrait du « Le Postillon » d’octobre 1911. A cette époque, il y avait des estaminets absolument partout à Lessines. Un bel exemple est la Chaussée Gabriel Richet où dans chaque maison, il y avait un bistrot qui attendait les ouvriers revenant d’une dure journée passée aux carrières. Pas de TV, pas d’ordinateur, un poste et encore, … . La vie se jouait dans la rue et dans les cafés. Dans des quartiers connus comme les « communs » ou le « Camp Milon ». Regardez son contenu. Sur un seul w-e, il y avait onze ducasses dans le centre ville. Sans compter que nous avons aussi constaté qu’il y avait une course pour non licenciés à Ollignies. (attention pas encore de fusions, donc Ollignies était encore un village indépendant de l’entité) C’est dire si l’animation était conséquente et les contacts humains très nombreux. Une autre époque assurément. Une époque où les congés payés n’existaient pas. Les journées de travail n’étaient pas de 07h36 !!! L’ergonomie et le bien-être au travail n’avaient pas encore été créés. La pénibilité était d’ailleurs bien de mise. Le mot « rentabilité » était certainement le plus usité par les patrons. Nous n’allons pas vous refaire l’histoire mais en un peu plus de 100 ans, notre société a complètement été chamboulée. Lessines n’est pas en reste. On ne peut même pas dire qu’il s’agit d’une métamorphose, plutôt d’un passage d’un monde à un autre totalement différent. Sûr que si nos ancêtres devaient revenir, ils demanderaient rapidement pour repartir. Quoique … . A vous de juger.

N.B : Nous en profitons pour signaler que si vous souhaitez voir des cartes postales ou feuillets anciens sur Lessines, en ce y compris des cartes de coureurs cyclistes, il y a une exposition dans l’ancienne école de Ogy, en même temps que la grande brocante annuelle, ce dimanche 06 août toute la journée. Notre camarade Libert sera de la partie avec sa collection à vendre.

lessines
Photo de +/- 1940 de la Rue de la Station, devenue Rue René Magritte. Le Café Philémon est devenu le café des bateliers que nous avons bien connu. Il est rasé depuis. La « tour » du fond était propriété de la famille Tassinon dont l’immeuble juste avant a été rasé pour en faire un parking. La poste était déjà à gauche. (bâtiment avec les pointes) Elle a déménagé dans le haut de ville. La première maison à gauche a été rasée pour faire place à la mutuelle socialiste. Tout Lessines était pavée de porphyre !!!! Les fils électrique passaient sur de tels poteaux sur la façade des maisons. Près du cirque, c’était l’hôtel des trois suisses. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s