« PLUS VITE, PLUS FORT, PLUS DOPES ».

Corrigé 17/02.

Jamais nous ne serons emballés par le dopage ni par le fait d’en parler. Pas plus que nous soyons des autruches. Non, nous ne souhaitons pas qu’il s’agisse d’une institution. Mais tout cela est d’une telle hypocrisie qu’il y a de quoi en être malades.

Dans son THEMA du jour, la chaîne ARTE (qui, il faut le dire traite toujours superbement ses sujets) aborde le dopage sous un angle très objectif, non polémique et tellement réaliste. Et puis, si l’athlète est visé par les supers performances, le sponsor en prend aussi pour son grade. Vouloir être vu est une chose, demander une omniprésence toute l’année est tout de même assez conditionné par tellement de choses. A l’image des JO qui ont pour devise : « Citius, Altius, Fortius ». Toujours plus vite, plus fort, plus haut, leur titre de reportage ne soulève aucune ambiguïté. Il y a des dopés dans toutes les disciplines. Et il y a de plus en plus de dopés car l’AMA est incapable de trouver les nouveaux produits. Raison pour laquelle les échantillons sont gardés 10 ans en espérant que les avancées scientifiques permettront de destituer des médaillés au mieux 7 ans après un podium. Et oui, nous en sommes là. Alors, pourquoi se pourrir la vie avec cette problématique ? Regardez le cas FROOME, … il court, non ???? + de 3.000 compétiteurs sont dopés par an. Et dans tout ça, les fédérations mettent un point d’honneur à lutter contre le dopage mais pensent surtout « fric ». Il est une évidence, nous, les mordus de cyclisme à LCOW, on regarde toujours le coursier mais on examine de plus en plus les à côtés. L’ambiance, les paysages, … après tout, il n’y a pas que celui qui pousse sur les pédales qui puisse faire rêver. Surtout, il est évident que si le vélo perd un peu de sa superbe, ce n’est pas seulement par la faute du dopage. Large débat. Ce serait pareil pour le football américain, … . Au golf, il parait même que la fédération refuse d’entendre parler de dopés et remet à leur place ceux qui en font mention. « Pour vivre heureux, vivons cachés ». Au football, pas de dopés. Enfin si, mais ils ont fait faire une étude pour admettre les hormones de croissance qui jusque là étaient problématiques. Là où le fric se trouve, le dopage n’est pas loin mais rejeté dans l’anonymat. On ne tue pas l’athlète, la poule aux œufs d’or.

Manque d’équité. Pour ces JO d’hiver, en Corée du Sud, les Russes sont interdits de compétition sous leur drapeau mais pas sous le drapeau des JO. La fédération est punie pas les athlètes. Quel bean’s. Comprenne qui pourra. C’est d’une rare inconstance.

Le deux poids deux mesures est partout. Alors, pour vivre pleinement notre sport, mettons quelques fois des œillères (difficile pour les athlètes propres qui doivent concourir avec des « machines ») autrement nous resterions bien calé dans notre fauteuil tout en regardant les oiseaux picorer dans le jardin. En souhaitant qu’eux aussi, ils ne se sont pas mis à la graine miracle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s