LES FESTIVITÉS DU 11 NOVEMBRE A LESSINES. #Centenaire #DevoirDe Mémoire

Corrigé le 08/11/2018.

En entête du site, il y a le bleuet. C’est la fleur qui représente le « poilu » de 14-18 pour les français. Le coquelicot est le symbole des pays du Commonwealth. Quant à la pâquerette, c’est celle de notre pays, la Belgique. La blancheur de la liberté.

Ce mardi 06/11/2018, le Relais Sacré a sillonné dans notre entité. Le rendez-vous était fixé devant les monuments aux morts. Chaque année, ce périple est effectué pour se souvenir de ceux qui ont donné leur vie pour que revienne la paix. Autorités, notables, enfants des écoles, patriotes et citoyens étaient présents pour l’accueillir. #PorteursDeDrapeaux #Musiques

Ce mercredi 07/11/2018, c’est le jour de la fin de la guerre de 14-18. Le cessez-le-feu.

Toute cette semaine, il y aura des activités liées au centenaire. C’est le moment de nous souvenir.

14-18 2
Du 03 au 11 novembre, exposition dans « La Grange » du CCRM.
freyberg
Conférence sur le Général Freyberg.

Ces dernières années, le Front Unique des Associations Patriotiques a souvent été prépondérant quant à l’organisation des rassemblements. Le Front a été créé lorsque l’ensemble des groupements : anciens combattants et prisonniers de guerre, réfractaires, travailleurs volontaires, déportés, invalides de guerre, prisonniers politiques, orphelins et victimes de guerre, armée secrète, … (nous ne nous rappelons plus de toutes) se réduisait peu à peu, faute de membres. Jean DRUART (avec Leirinck, Debacker, Nève, … ) a été un des précurseurs. Cette année, Georges KUGE est honoré. L’espion lessinois ayant aidé les alliés a été fusillé en 1917. A la sortie de la guerre, un grand prix cycliste lui a été consacré dans le centre ville durant plus de dix ans. Il a sa Rue. Le Général FREYBERG est un militaire anglais qui fut le libérateur de Lessines. C’était le 11 novembre 1918. La charge de sa cavalerie reprit le pont de la Dendre à l’envahisseur. Il a également sa Rue. Globalement, ils sont assez méconnus des citoyens. Avec eux, il y a Gabrielle RICHET. L’espionne lessinoise a fourni quantité de renseignements pour endiguer l’avancée allemande. Arrêtée, condamnée, incarcérée, elle sortira de Sigburg (all) en 1918. Elle mourra en 1924, d’une maladie contractée durant sa détention. Elle a une Chaussée à son nom. C’est là que se donne le départ et l’arrivée du « GP cycliste des CARRIÈRES ». De nombreux autres combattants, dont des braves de nos villes et villages, ont aidé à nous soustraire du joug de l’ennemi. Ceux qui ont combattu, tous, … ne les oublions pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s