« SOUVENEZ-VOUS » : Rik VAN LOOY. #2020

Photo. Faut-il s’appeler RIK pour devenir une vedette du cyclisme ?

Nous évitons les « SOUVENEZ-VOUS » trop chargés pour le moment. Cela nous permet de gagner un peu de temps mais surtout de pouvoir rédiger plus d’articles dans des domaines divers. VAN LOOY, le grand champion du monde, est connu de tous ou presque. Parlez de Rik à la jeune génération et elle va vous regarder avec des yeux de merlan frit. En 1959, le paternel a roulé le « TOUR D’ITALIE » avec la garde rouge à ses côtés. Une paire d’étapes et bye bye suite à une grosse bronchite. Mais un beau CLM dans l’enchaînement, cela ne s’oublie pas. VAN LOOY terminera 4e du général. « FAEMA » placera les seuls THEUNS et SORGOLOOS avec VL. GAUL l’emporte devant ANQUETIL et RONCHINI.

RB
« B » comme BAUDECHON. Le seul francophone de l’équipe aurait du prendre le numéro « 51 » puisque l’ordre alphabétique est respecté dans les autres teams.  Pq pas chez « FAEMA » ? Allez comprendre. Et puis neuf coureurs alors qu’ils pouvaient être dix. « FAEMA » manquait-elle de coursiers ?

« L’EMPEREUR D’HERENTALS » était un king. Il avait acheté le terrain de foot de sa localité. Il a construit un haras luxueux après sa carrière. Il a remporté toutes les classiques. Pouvait-il gagner un grand tour ? Il ne le pensait pas car il avait des lacunes dans la montagne. Il n’empêche qu’il n’a jamais terminé bien loin. Et puis, trois semaines sur un vélo, ce n’était pas trop son truc. Il aimait par-dessus tout la bagarre des courses d’un jour. Par contre, il a remporté beaucoup de petits tours. Moins longs. De prime abord, c’était un caractère. Quelqu’un qui connaissait la valeur de l’argent et qui assurait ses arrières quand les occasions se présentaient. A l’approche de ses 40 ans, il a décidé de stopper. Saviez-vous qu’il avait refusé un chèque de 350.000 fb pour faire ses adieux au vélodrome d’Anvers ? Et pourquoi me direz-vous ? Pour la simple raison qu’il estimait que ceux qui payaient 80 fb pour aller voir une course, c’est à ceux-là qu’il devait ses adieux. Il les a organisé dans sa région. Il a d’ailleurs demandé 80 fb d’entrée et les a reversés à une oeuvre caritative. C’était VAN LOOY. Un être dur comme du fer sur un vélo et avec ses proches. Mais qui avait aussi du cœur. S’il a couru jusqu’à ses 40 ans, c’est justement pour éviter que quelqu’un ne puisse l’effacer trop rapidement des tablettes. Il a dépassé les 500 victoires. « Bien malin celui qui arrivera à me dépasser ». Mais avec le temps, un certain « MERCKX » a pris du volume. Et il a battu (dans un sens, pas dans tous car VAN LOOY restera à jamais un sportif exceptionnel) celui du limbourgeois. Hier, c’était encore possible … COPPI, ANQUETIL, VAN STEENBERGEN, … VAN LOOY, … MERCKX … et qui maintenant. Probablement plus jamais personne. VAN LOOY avait ou a encore un FAN CLUB aux USA. Il est composé d’expatriés belges ayant acquis la nationalité américaine.

Anecdote perso : Un jour, le paternel a rapporté que son leader avait fait descendre son compagnon de chambrée (SORGOLOOS) aux cuisines pour lui remonter du poulet et une grosse bière. Il avait faim. Il était plus de minuit. VAN LOOY, on l’écoutait. Car c’était aussi un gars qui apportait du beurre dans les épinards des équipiers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s