PENERIE DE CYCLES … VOUS AVEZ DIT PENURIE ??? !!! #2021

Photo. Une des bécanes de Josse DEMECHELEER qui a été vendue d’occasion en 2017. Un « AGUZZO ». La « seconde main » marche fort.

Depuis la parution du reportage de « NOTELE » sur la pénurie de cycles chez les fabricants et dans les commerces, nous nous sommes interrogés. Est-ce possible ? THOMPSON est-elle l’unique marque dans le cas ? Si nous souhaitons acquérir un nouveau cycle, faudra-t-il attendre 2022 ? … .

Nous avons pris notre bâton de pèlerin et nous avons cherché à savoir. En direct, par téléphone ou via des connaissances. Après « enquête », c’est un peu le brouillard. Tout n’est pas aussi catégorique. C’est même plutôt disparate.

  • Plusieurs marques n’ont plus de stock avant 2022. C’est avéré. « THOMPSON », « SCOTT » et d’autres ont vidé leurs entrepôts.
  • Par contre, « ORBEA » ou « BH » ont encore des vélos. Apparait là un élément important. Ils sont fabriqués dans le pays d’origine. Donc, pas d’importation d’un pays asiatique ou autre destination lointaine.
  • Les « petits » commerces ont encore du stock en magasin. Il suffit de voir les vitrines. Nous avons fait le constat sur plus d’une dizaine d’entre eux et il y a des vélos partout. Mais chose assez particulière, ils sont identiques ou presque depuis trois semaines. (nous sommes passés deux fois en trois semaines) Tout au plus ont-ils changé de place.
  • Une grande surface sportive nous a signalé que les « BTWIN » « ELOPS » « ROCKRIDER » … ne sont plus tous disponibles en magasin ou dans toutes les tailles. Globalement, il est possible de commander et d’être livré dans la huitaine. Autant en « musculaire » qu’en « électrique ». Tout étant fabriqué dans le nord de la France.
  • Un autre commerce local vend du « O2FEEL ». La gamme reste disponible mais les délais ne sont plus aussi courts. Ils sont aussi fabriqués en France.
  • Il est évident que c’est surtout (modération) l’entretien ou la réparation qui fait vivre les indépendants.
  • Le côté paradoxal de cette enquête réside dans plusieurs points :
  1. Si vous souhaitez acheter un vélo de course, un vtt ou un loisir, c’est encore possible. MAIS, il ne faudra pas forcément faire la fine bouche. Vous n’aurez peut-être pas la taille idéale ou la couleur envisagée. Encore moins un vélo dans la limite budgétaire que vous vous êtes fixés. Mais c’est possible. Mieux, si vous prenez un cycle d’exposition, vous repartez avec dans le coffre de la voiture.
  2. Nous n’avons jamais vendu autant de vélos qu’en 2020 et 2021 mais il est IMPOSSIBLE de trouver des statistiques en la matière. La TRANSPARENCE est absente.
  3. L’expansion du vélo est INCROYABLE. Et cela l’est d’autant plus que dans plusieurs secteurs, le deux roues n’est plus disponible. Il en reste mais il faut chercher ou prendre ce qui ne convient pas forcément. Du petit vélo au plus grand vous avez encore le choix.
  4. Le vélo d’occasion ou de seconde main ne s’est jamais porté aussi bien. Trois constats : 1) Les ressourceries ont du stock – même si à Lessines, nous avons constaté de visu que les abandons (conteneurs) dans le cadre de la journée relative à la récupération étaient moins nombreux. 2) Une partie des « petits » indépendants tente de vendre des occasions. Ce qui permet de permettre des rentrées. 3) Les grandes surfaces sportives développent la « seconde main » car c’est un créneau qui permet de garder la clientèle. La rentabilité est discutable.
  5. Nous souhaitons signaler que l’accessoire est un peu dans la même problématique (ajoutez-y le blocage du Canal de Suez)
  6. Quant aux vêtements. De deux choses l’une. Les commerces évitent le stock par crainte de rester avec sur les bras et enfin, leurs fournisseurs n’ont plus de quoi alimenter le monde entier.

Le VELO se vend ENCORE !!! Dans une marque ou dans une autre, mais il se vend. Tout n’est pas cadenassé. Et les prix restent similaires. Quoique, nous avons constaté des augmentations. La période certainement … . Ce qui est rare est cher. Un vélo de course : +/- 3.000 € pour un « milieu » de gamme. +/- 1.800 pour un loisir électrique en début de gamme. 2.000 € pour un VTT de moindre qualité. Le vélo coûte !!!

Nous n’avons jamais écrit que notre démarche était scientifique et exempte de tout reproche.

N.B : Le site belge « 2MAINS.be » propose une multitude de vélos d’occasion. De quoi se faire plaisir malgré tout. Et sans intermédiaires !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s