ENTRETIEN 1 : LIAM ROBYNS LE BOIS-DE-LESSINOIS.

Un peu en avance sur le calendrier, nous voilà arrivés aux entretiens. Celui qui ouvrira le bal cette année, sera le coureur local Liam ROBYNS. Souvenez-vous. Il roulait avec les cyclos de Saint-Roch en 2016. Mordu de cyclisme, il a passé le cap et a pris une licence en débutants. Il s’est inscrit au « VC OEUDEGHIEN » cher aux DEBUYSSCHERE. Après une première année, nous l’avons rencontré pour qu’il nous fasse profiter de son expérience. Merci à Liam pour sa disponibilité, son enthousiasme, sa motivation à l’égard du vélo. Les autres jeunes devraient prendre exemple sur lui.

1.Bonjour Liam, alors ? Une année de compétition vient de se terminer. En passant du cyclo au coureur, est-ce que cela correspond à ce qui tu imaginais au départ ?

R : Oui, tout à fait. Il y a bien des différences entre le cyclo et le coureur mais c’était bien l’image que je me faisais. La grande différence résulte toutefois dans la condition physique. Je ne pensais tout de même pas que c’était aussi dur physiquement que moralement. Au niveau des départs, c’est à bloc tout de suite. Il a fallu assimiler car je suis un diesel et cela m’a pris du temps de tenir dans le groupe.

2. Comment t’étais-tu préparé pour démarrer la saison ? Et maintenant que tu sais ce qui a été et moins bien été, que vas-tu faire de plus ?

R : Durant l’hiver, je me suis entraîné avec Jurgen et Louis, son fils. (les Debuysscher- Jurgen est ancien pro chez Home Market et Christian chez Molteni) Nous roulions le mercredi. Puis, j’ai roulé avec les cyclos Saint-Roch le dimanche et en plus, j’ai roulé seul. J’ai débuté la saison à Dottignies en février avec les premières courses. Je sais déjà que je n’étais pas assez préparé. Je n’avais pas assez de souffle ni de force. J’avais roulé mais pas assez et trop vite. Maintenant, je vais faire du vélo nettement plus mais plus relax. J’ai d’ailleurs déjà commencé car après la fin de saison, j’ai coupé deux semaines et là je suis déjà reparti. Je roule seul à mon aise sur des 50 km. Mon programme est déjà confectionné avec Jurgen pour les mois à venir.

3. Tu es depuis un an au « VC OEUDEGHIEN ». Tout s’est-il bien passé ? Comptes-tu rester dans ce club ?

R : Oui, tout s’est bien passé. Jurgen nous donne des bons conseils et l’équipe n’est pas trop grande. Je compte rester dans ce club car je m’y sent bien. Nous nous sommes renseignés sur d’autres clubs, avec mon père, mais manifestement, c’est un peu partout pareil. Pourquoi aller à Bury ou Charleroi alors qu’il y a ce qu’il faut à côté de chez moi. A un moment, j’ai néanmoins pensé rouler en individuel.

4. Tu peux nous parler de ton évolution, de tes résultats ?

R : J’ai débuté la saison un peu difficilement. J’ai eu du mal mais le vélo c’est un sport de mal. Au début, j’avais eu de la peine à rester dans les roues car je ne savais pas me cacher. Avec le temps, cela va mieux mais il y a encore à faire. L’expérience vient en roulant. N’oublions pas que je n’ai pas été aspirant et que je ne fais du vélo que depuis trois ans. Au niveau des résultats, le meilleur a été une quinzième place. J’ai réalisé pas mal de prix mais toujours autour de la vingtième. J’ai aussi fait une TOP COMPET dans les Ardennes. Finalement, cela ne s’est pas mal passé même si comme je l’ai dit, il y a encore du boulot.

5. Au niveau local, roules-tu avec d’autres cyclistes et lesquels ?

R : J’ai peu de contacts avec d’autres cyclistes locaux car il n’y en a plus vraiment. Question rouler, je vais aussi faire des kilomètres avec Nicolas de CYCLONIC à Ath et un aspirant. Autrement, c’est tout. Je ne sais plus aller avec les cyclos de LESSINES. Dommage.

6. Question matériel, sur quoi roules-tu ?

R : J’ai un « RIDLEY » Phénix SL noir. Mes roues sont des « VISION » pour les courses et des « FULCRUM » pour les entraînements. Elles sont montées avec des pneus. Je vais acheter des nouvelles roues cet hiver et je vais probablement rouler avec des boyaux. A confirmer. J’ai déjà changé de vélo cette saison, je ne compte plus en changer pour l’an prochain. J’ai un mètre quatre vingt cinq et je grandi encore. Je dois donc faire attention au cadre mais pas en début d’année.

7. Ton papa nous a annoncé que tu ferais un souper cette année ou en début d’année prochaine? Qu’en est-il ?

R : Oui, effectivement, je vais faire un souper pour à la fois me faire connaître un peu dans la région et surtout subvenir aux nombreux frais que la compétition m’occasionne. Ce sera la première fois. Nous verrons ce que cela va donner. Vous pouvez prendre note que ce sera le 24 mars 2018 dans la salle du « CLUB ANIMATION » de Bois-de-Lessines. Il s’agira d’un souper avec des « Boulets à la liégeoise », frites ou du boudin, frites, compote. Nous n’avons pas encore fixé le prix. Tout le monde est le bienvenu. Attention, pas de cartes mais il faudra réserver pour plus de facilités dans notre organisation. Il y aura pas mal de pub cet hiver.

8. En 2018, tu rentres en juniors première année. Quelles sont tes appréhensions ?

R : Inquiet. En débutants, c’était déja un fameux challenge mais en juniors, j’appréhende. Principalement la distance, le rythme et la mentalité car on quitte une catégorie bon enfant pour une autre, intermédiaire, où les cadeaux sont moins nombreux.

9. En début d’année, nous t’avions parlé des kilomètres à parcourir pour aller courir car il y a de moins en moins d’épreuves. Voilà une année que tu es dedans, tu n’as pas eu de problèmes à ce sujet ?

R : Je n’ai pas eu trop de soucis à ce sujet. C’est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de courses le we. Et il est exact qu’elles sont peu nombreuses dans le Hainaut mais ça pouvait encore aller. En étant près de la Flandre, nous avons la chance de pouvoir courir souvent en ne faisant pas trop de bornes. Bien entendu, il a été fréquent de faire 40 min de voiture pour prendre le départ mais c’est encore correct.

10. Tu as  16 ans et tu es encore à l’école. Pas trop difficile de conjuguer les deux activitès ?

R : Cela peut encore aller. Je suis en technique et j’ai moins de travail à la maison. J’ai assez facile pour étudier. Mais c’est vrai que par moment, ce n’est pas évident. Il m’est arrivé d’annuler des entraînements car j’avais trop de travail pour l’école. Mais ça pouvait être encore pis.

11. Tu as la parole. Que souhaites -tu ajouter à cet entretien ? Concernant ta saison ou un autre domaine.

R : Je tiens à dire que je suis très heureux d’avoir entamé la compétition cycliste. C’était un rêve et si fatalement c’est dur, c’est ce que je voulais faire. Par ailleurs mon père vient constamment sur les compets et ne me met pas la pression. C’est bien de le voir de cette façon. J’espère que l’an prochain je progresserai et que je pourrai faire quelques résultats intéressants.

LCOW : Voilà, nous en avons terminé avec Liam. Comme nous le constatons, un garçon qui a la tête bien sur les épaules. Il sait ce qu’il veut mais est réaliste. Très motivé, il attend 2018 avec impatience. N’oublions pas qu’il organise un premier souper de soutien dans les prochains mois. Tous au poste le moment venu !!! BONNE CHANCE à Liam dans son entreprise. En 2018, nous serons toujours attentifs a sa progression. La catégorie des juniors ce n’est pas de la tarte !!!!

Liam, merci pour cet entretien.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s