1978 : LE PAYSAGE SPORTIF A LESSINES APRES LA FUSION.

Le 01 janvier 1977 toutes les communes de Belgique ont fusionné pour passer de 2359 à 589 pour tout le pays. On sait que cela n’a pas été simple de résoudre le cas d’Anvers qui n’a connu sa nouvelle mouture qu’en 1983. Nous venons de loin car en 1961, on parlait déjà de communes indépendantes. Depuis, les choses changent encore et on nous reparle de fusions pour les années à venir. Il parait que c’est plus rationnel. Il faudrait pourtant bien en rester là un jour. La Belgique entière ne peut pas devenir un village !!!! Quoique, à la grandeur du monde, c’est déjà le cas.

Mais revenons à nos moutons. Avec la fusion, Lessines devenait la grande sœur des petits villages environnants. Elle n’était déjà pas budgétairement la plus riche. Alors avec l’arrivée des acrenois et des bois-de-lessinois et leurs carrières, vous pensez bien que cela faisait ses affaires. Les bois-de-lessinois ont d’ailleurs laissé des caisses quasiment vides et réalisé de gros travaux, avant de tomber dans les crocs de l’ogre. L’oncle Jules, échevin des travaux et ancien coureur cycliste, nous a raconté cette aventure. Lessines n’aurait rien. Et à Deux-Acren, ce fut la rébellion : « Deux-Acren dit non à la fusion », c’était le slogan affiché partout dans les établissements publics de la localité. Lessines a néanmoins tout récupéré et a amplifié ses revenus via : taxe sur le personnel occupé, sur la force motrice, sur les débits de boissons, sur les chiens, les chevaux et poneys, les égouts, … . Et peu à peu, supprimé des services, comme les travaux, le guichet communal, … . Le compte était bon.

En 1978, le N° 1 du « BULLETIN COMMUNAL OFFICIEL » sortait pour la première fois. Vous en avez une image en entête. Que peut-on y trouver ? On rappelle que dorénavant, la population compte 16.841 habitants. Nous en sommes à environ 20.000. La diffusion est gratuite et la reproduction, même partielle est interdite. Pour une brochure quasiment publicitaire, il faut le faire. On croirait se retrouver avec un ouvrage d’art. Justement, au niveau des pubs. Constatons que les Travaux Publics DEBILDE fonctionnaient encore. Que Roland SIBILLE, le pompier, avait encore sa zinguerie à Lessines. Que le magasin radio/hi fi ARENTS avait pignon sur la Grand Rue. Que l’auto école CECAT formait des jeunes conducteurs, Rue de l’Hôtellerie. Que OPEL vendait encore ses voitures chez FREZIN. Que BERLANGER vendait ses FORD près de LADEUZE. Que la maison OGER n’avait pas encore disparu au profit d’un boulanger fermé depuis lors. Que les parents de DELAUW avaient déjà des pompes funèbres sur la ville et à Deux-Acren. Que TOYOTA était toujours détenu par VANDENBRANDE. Que DUBOIS livrait des produits pétroliers à partir du Quai. Que RODANIA se vendait chez DERDER qui mettait aussi sa voiture sur les courses. Que la CGER faisait encore fructifier nos sous. Que MOULIGNEAU avait des assurances en face de l’ancien bureau de police. Que CITROEN se vendait chez HANNUISE. Que les travaux Publics JOURET était encore JOURET. Que l’imprimerie GOESSENS était devenue une maroquinerie, Grand Rue. Que les travaux Publics AZORNE était à la Rue Watterman. Que RENAULT et GAILLY faisaient la paire. Que Fernand GORET avait son magasin d’électricité à la Rue Général Freyberg. Et qu’il y avait 7 magasins de cycles dans l’entité. Mais nous allons en rester là car nous ne souhaitons pas vous rendre malades. D’une ville prospère, Lessines est devenue une ville désertique. En moins de 30 années, nous sommes passés du grenier au sous-sol. Un frétillement semble se profiler à l’horizon.

Et puis, on peut y lire le discours du nouveau Bourgmestre : Fernand DELMOTTE. Quelques bribes. « Le Collège échevinal est en partie composé d’échevins en provenance des anciennes communes de notre entité … ». « ils témoignent à l’intérêt général de la population sans considération aucune des anciennes limites administratives … « . « depuis janvier 1977, nos services ont travaillé dans des conditions difficiles car numériquement limités … « . « Nous savons qu’il y aura des allergiques, légitimement attachés à leur ancienne commune … ». « Nous devons, une bonne fois pour toutes, en terminer avec notre passé carrier … « . Visionnaire, (ir)réaliste, meneur, … DELMOTTE avait une rude tâche et a donné un sens à la fusion. Le sien. On a vu que cela l’a mené à être Sénateur et Ministre. Quant à Lessines, on ne peut pas dire qu’elle soit devenue New York. A chacun sa réflexion.

On peut aussi y lire que Jean DELHAYE est échevin de même que BULTEAU, SPITAELS, COPPENS, DEMARBAIX et LUMEN. Dans les conseillers retenons : François BERLANGER, Pierre GOESSENS, Roger LEERENS, Marc GILLIARD, Claude MORLEGHEM, Marie DUBRUILLE, Jean CUVELIER, René VIGNOBLE, … . Nestor ROLAND était chef de la police. Le CPAS était présidé par Claude WILLOCQ. Il y avait encore 23 écoles communales indépendantes, libres, de l’Etat, avec chacune leur chef d’école. 20 associations patriotiques faisaient revivre le passé. Il y en a encore une avec le Front Unique. Au niveau culturel, c’est l’hécatombe. Plus de Faucons Rouges, plus de Guildeuses, plus de Prolétaires, plus de Flobertistes, plus de Royale Philharmonique, plus de MJC, plus de Fanfare l’Union, plus de Fanfare l’Émancipation, plus de Fanfare Harmonie Ouvrière, plus de Royale Concorde, plus de Fanfare Royale, plus de Patros partout, plus de Pigeons Rouge, plus de Rive Gauche, plus de Quiévrainistes, plus d’Epervier Rouge, plus de Colombophiles l’Indépendance, idem pour « Les Garettes », plus de cercles Ornithologiques ,plus de FPS, … et ne parlons même pas des kermesses qui étaient au nombre de 23 en 1978. Oui, vous avez bien lu !!! Il y avait deux messes par we dans chaque village. Il y en a encore une par mois en tournante. Nous avions deux cliniques : JOURET, La Solidarité et une maternité. Les contributions étaient à Lessines, de même que la Justice de Paix et le Tribunal de police. Il y avait 8 bureaux de poste et 8 bibliothèques. Il en reste un pour chaque. Quatre agences de voyage se partageaient la clientèle. Idem pour les Notaires. Bref. Nous avons connu mieux. Notons toutefois que TRAVENOL (BAXTER) s’engageait déjà dans le tissu social.

Et au niveau sportif alors ? Regardez ces feuillets. (incomplets toutefois)

sp1

sp2

« Cyclo Tourisme » à Lessines.

Le Vélo Club n’y est pas.

« La Pédale Acrenoise » à Deux-Acren.

« Cyclo Tourisme » à Deux-Acren.

« Entente Cycliste » à Deux-Acren.

« Vélo Club » à Bois-de-Lessines.

« Cyclo Tourisme » à Bois-de-Lessines.

Le Vélo club n’y est pas pour Ghoy.

Il reste 6 clubs.

N’oubliez pas de regarder les noms !!! Cela vous rappellera de bons souvenirs : SERLIPPENS, BAUDECHON, … et les autres.

Par ailleurs, le N° 1 du « BULLETIN COMMUNAL » a certainement été discuté. Pensez bien,  après une fusion, ne pas mettre les bonnes informations dans un tel ouvrage !!!. Il y a eu un addenda. N° 1B !!! Et il aura fallu attendre 1981 pour qu’un nouveau bulletin sorte. A coup sûr, il aura aussi été discuté « ce n’est pas un instrument de propagande, … » « nous avons le désir de l’économie, … « . « c’est l’ordre, la sage réflexion, le sens du devoir et l’équité qui ont inspiré les décisions qui touchent à votre vie de tous les jours ».

Tout était dit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s