A #RVVCyclo UN MONDE DE DINGUE. Félicitations à #StuBru !!!

Corrigé 01/04/2018.

Photo. Quand vous arrivez à la « Kapel » qui surplombe le MUUR, vous vous dites que c’est terminé. Pour ce mont là, oui, mais les autres suivent.

Temps parfait. Mais un vent assez fort quand on l’a de face. Direction Grammont par le Ravel pour démarrer notre périple du RONDE PELOTON. Pour vous donner une idée, passaient uniquement dans le MUUR les 229 et les 174 km. Pas les deux plus petites (si on peut dire) distances. A se demander d’où venaient toutes ces personnes tant il y avait un monde monstre sur la route. Qui plus est, pour faire de tels circuits, il faut être bien entraîné. Nous avons directement embrayé à partir du pont de la Dendre en centre ville. Premier pallier la Place de Grammont. Deux anglais nous demande de leur prendre la photo. Accord cordial. Nous les invitons à visiter le centre du tourisme en vitesse afin de voir les Manneken Pis en maillot de course. Celui de Bruxelles me demandera l’un d’eux. Pas du tout. Le plus vieux est ici à Grammont que diable. On repart. Second pallier les Vesten. Passage en face du portique du départ du RONDE DES JUNIORS. Notez que les néerlandophones ont acquis des barrières nadar first class. Plus de pieds qui débordent sur la chaussée mais ils sont un peu penchés en arrière. Puis, grimpette du MUUR. Nous y croisons Michel l’acrenois, qui comme toujours, est fidèle au poste. Allez Michel !!! Allez Arnold !!! Là, un français nous demande si nous n’avons pas de la colle. On lui répond que si c’est pour son boyau, il n’y a pas de soucis, ça tient sans. Mais en fait, c’était pour coller son tube de selle qui tournait dans le cadre. Merde alors. Puis on croise un anglais, on entame la bavette et il fini par nous dire qu’il habite à 5 bornes de là… . Ouais. Puis vient le passage le plus pentu. Il y a pas mal de terre entre les joints. La roue patine. SPORZA filme à tout va. Pas question de flancher. Arrêt sur le dessus pour quelques images avec le smartphone. Puis on arrive à l' »HEMELRIJK », le resto du haut. De la, on voit à peine de KAPEL. Il y a des cyclos partout et du monde également. Puis on passe le TOP sommet. Il y avait longtemps que nous n’avions plus pris le MUUR, cela fait du bien. Dans la descente, stop and go. Des centaines de cyclos sont agglutinés autour du ravito, du dépannage, de la croix noire et jaune (notre croix rouge), des stands à pubs, … . Un vrai village sur tout le parking. On parle anglais, espagnol, italien, flamand, … et puis, il y a des accents scandinaves et des pays de l’est. Quelle fête !!!! Nous en prenons plein les yeux. Et du matos … que du beau matos. Nous discutons avec les uns et les autres. Tous des mordus. Mais il y en a tout de même une pelletée qui a déjà la grimace et quand on voit ce qui les attend encore, pas sûr qu’il n’y en aura pas à la loupiote sur la route demain matin. lol Notre périple continue. Et ce sera pareil en haut de chaque « Berg ». Tous ont un dossard de vélo avec leur prénom sur le devant du guidon, un code barre à l’arrière et un collant avec les monts à franchir à placer sur le cadre. Dire que c’est mou, serait donner une mauvaise information. Le rythme est costaud. Dans la descente vers l’ancienne fabrique allumettière, nous roulons à plus de 60 km/h. Sur la route de Goeferdinge et Zaarlardinge à près de 42 km/h. Puis, à bout de souffle, nous ne forçons plus. Les gars vont à fond de balle vers le Valkenberg. Nous franchissons le mont la cagoule entre les dents et la buée sur les lunettes. Nous ne voyons plus rien tellement la transpiration est intense. Mais il y a autant de monde qu’à Grammont. Nous n’avons plus de guibolles. On récupère (un peu) avant d’attaquer l’Eikenberg. Nous avons même un peu froid car tout mouillé que nous sommes, le vent rentre par les trous. Puis retour maison. Nous sommes trempé de chez trempé. Mais il reste encore à faire le chemin vers La Houppe et Lessines. On vous l’avoue honnêtement, nous avons eu de la peine à arriver. C’était notre première sortie avec le vélo de route. Pas la même position, pas le même effort. Et puis du tout plat habituel à aujourd’hui sans aucun plat, ça change tout. Nous avions dit que nous y allions. C’est fait. Maintenant, il va bien falloir une semaine pour récupérer. Notez qu’à peine à la maison, ouf ouf ouf, changement de tenue et départ pour Flobecq afin de voir le déroulement du TMC. A l’heure de vous écrire, le canapé a bien fonctionné. Heureux d’avoir vu ce grand événement qui d’après ce qui se disait rassemblait plus de 16.000 rouleurs.

Quelques images dans le mur ci-dessus.

Nous avions enregistré STUDIO BRUSSEL sur SPORZA que nous avons regardé jusqu’à une heure du mat avec quelques coupes dans les bras de Morphée. Merci STUBRU, magnifique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s