ENTRETIEN : Arnaud GUILLAUME, CHARGE DE ‘COM CHEZ « TEAM DIFFERDANGE-GeBA ». #Top !!!

Corrigé, le 07/01/2018.

Les entretiens de Liam ROBYNS (JUN), Claude DUBOIS (anc président cyclos), Serge DEGAUQUE et Sébastien DEBAYE (course dans les Alpes) sont déjà sur le site. D’autres sont à venir.

Photo. Arnaud était présent à EXPO18 en famille. Merci !!!

Arnaud, nous l’avons rencontré ces derniers mois avec l’équipe T-PALM. Il était souvent avec ses parents. Il n’a pas le permis puisqu’il n’a pas encore l’âge. De fait, c’est un jeune gars qui aime le cyclisme et qui se met gracieusement à sa disposition. Des bénévoles qui aident à ce point la compétition, il n’y en a plus des masses. Il nous semble PRIMORDIAL de les encourager car dans une équipe, la totalité du staff a toute son importance. Il n’y a pas que les coursiers pour constituer un groupe sportif. Il y a trois semaines, nous lui avons demandé s’il était intéressé par un entretien pour LCOW. Il nous a répondu directement de manière positive. Pas évident pour un ado de se lancer dans un tel exercice. Mais vous allez le constater, il s’en sort comme un expert. Il faut dire qu’il commence à connaître le milieu. Ses réponses transpirent la maturité. Merci grandement à Arnaud pour les explications apportées à notre questionnaire.

1) Nous t’avons vu pour la première fois dans le milieu en 2018 avec l’équipe T-Palm. Avais-tu été ailleurs auparavant ?
Curieux que tu ne m’aies pas remarqué plus tôt, car j’ai commencé chez T.Palm fin 2016 ! J’y suis resté jusque septembre 2018. Un peu avant la fin de saison, donc. Je l’ai d’ailleurs précisé sur mon Facebook car l’annonce de mon départ était mal passée, visiblement. Certains croyaient encore que je gérais la page T.Palm, alors qu’en fait, j’avais pris du recul. L’idée de départ tournait dans ma tête déjà depuis l’hiver 2017. L’opportunité de commencer au niveau continental était géniale, j’en remercie encore Pascal pour cela, mais j’avais besoin de partir pour plusieurs raisons.
Avant d’être au PCW, je faisais déjà beaucoup de photos sur chaque course, mais pour mon plaisir. T.Palm était vraiment la 1ere opportunité réelle de m’exprimer dans le milieu.
En janvier 2018, j’ai commencé à rédiger quelques articles pour la revue du club du Royal Namur Vélo (organisateur, entre autres, du Tour de Namur pour élites sans contrat et espoirs). Désormais, c’est moi qui m’en charge (autrement dit, j’en suis l’éditeur officiel) et ma première revue vient de sortir il y a quelques jours ! J’ai 150 versions papier à envoyer chaque trimestre. La revue est aussi disponible sur le web. Je suis bien occupé, mais quand est passionné, on ne compte pas… . (LCOW : Nous avouons. Nous courons tous tellement partout que nous n’avions pas vu Arnaud)
2) Comment as-tu été incorporé au Team T-palm ? Que gerais-tu ?
Pascal Pieterarens et moi sommes tous les deux des collectionneurs de bidons et musettes. Au fur et à mesure des échanges, on a fait connaissance et il m’a invité à suivre une course avec lui. C’était la course des raisins 2016 à Overijse. Puis une autre, etc… Ensuite, il m’a demandé de gérer le Facebook et de faire les photos pour l’équipe bénévolement, car il n’avait personne pour le faire. Il n’a pas le temps de s’occuper de cela. Donc j’ai accepté et j’ai toujours reçu un merci de la part des coureurs. Ils étaient conscients du temps que je consacrais pour eux. Ils me trouvaient très compétent dans l’exercice, alors que j’ai appris « sur le tas » avec mes propres idées et initiatives.
J’ai ensuite proposé à Pascal de changer le site web qui était très vieux… Cela a pris du temps mais j’y suis arrivé, ce site vétuste a été supprimé. Cependant, j’ai géré le nouveau pendant 1 an mais il n’a jamais été publié…
En 2017, je gérais exclusivement le Facebook et les photos mais avec l’expérience, je me suis moi-même mû en « responsable de la communication ». Mis à part mes boulots de gérant de Facebook et photographe, j’ai pu communiquer avec des personnes extérieures à l’équipe, aller au podium, vérifier des résultats à la photo-finish, puis avertir le staff ou les personnes adéquates… J’ai appris sur le tas et je m’en suis toujours bien sorti, je pense. J’étais une sorte d’attaché de presse non-reconnu officiellement, car n’ayant que 16 ans à l’époque. Les coureurs pouvaient compter sur moi, ils le savaient et m’ont toujours bien remercié pour cela. A chaque interrogation, les coureurs se dirigeaient automatiquement vers moi, et je tentais de les aider comme je pouvais… Pour ça, la fin de saison a été particulièrement difficile. Je ne laisse jamais tomber un coureur !
J’ai beaucoup appris par moi-même chez T.Palm. Avec Pascal, j’ai notamment appris le respect des sponsors.
Mis à part mon propre boulot, mes parents et moi, avons presque tout fait pour les coureurs : nettoyage de vêtements, jouer au soigneur quand il n’y avait personne, approvisionnement de bidons quand il n’y en avait plus, et bien plus encore… Preuve que nous sommes des bénévoles rares et que des personnes ont tendance à l’oublier. Je le répète, nous n’avons jamais demandé d’argent en retour. (LCOW : BRAVO !!!)
3) Tu es encore aux études. Tu vas t’engager dans une formation en communication dans le futur ?
J’ai commencé ce boulot pour aider et pour me faire plaisir, pour être intégré dans le milieu du vélo, faire la connaissance de coureurs, membres du staff. Bref, pour faire partie d’une équipe et suivre son quotidien, un de mes rêves. Puis, j’ai reçu tellement de soutien à continuer (de la part de journalistes sportifs, notamment) que je vais donc me lancer là dedans, je pense bien ! Mon objectif à terme : être attaché de presse d’une équipe ou, en tous cas, travailler dans le milieu du vélo.
4) Qu’est-ce qui te passionne dans ce « boulot » ?
Sans aucun doute, le contact avec les coureurs ! Cela m’a fort aidé d’être amené à parler avec des étrangers : notamment pour être moins timide (oui, je l’étais !). On apprend à les connaître au fil de la saison, on les voit chaque week-end, … J’apprécie aussi le fait d’être remercié par la suite, car je sacrifie beaucoup de choses pour des amis et, malheureusement, beaucoup ne l’ont pas remarqué.
Le contact est aussi bénéfique pour m’améliorer dans les langues. A ce propos, « Radio-Tour » m’aide beaucoup ! Apprendre à donner les compositions et à parler en course, c’est quelque chose qui m’irait bien aussi. Je m’en sors mieux, je trouve plus vite mes mots pendant la saison, car j’utilise les langues presque tous les jours, tous les week-end. Ce qui n’est pas le cas en hiver.
Moi qui ne sait pas rester sans rien faire, je ne me suis jamais ennuyé. Même pas en hiver, même si c’est plus calme ! Certains font de la piste, d’autres font du cyclo-cross, il faut toujours surveiller les moindres faits et gestes de chaque athlète. De plus, il y a des travaux à faire pendant l’hiver : présentations des coureurs, recopiage du calendrier provisoire (que je modifie durant la saison si besoin), premières photos individuelles, etc.
5) Tu fais. Tu as fait du cyclisme ? Un de tes sports favoris ?
C’est peut-être étrange mais je n’ai jamais roulé à vélo. Je n’en ai d’ailleurs jamais eu envie.
C’est un de mes sports favoris car, pour moi, c’est le sport le plus dur. J’admire aussi les valeurs que possèdent les athlètes : courage, travail d’équipe, …
6) Maintenant que tu vis pleinement dans le vélo, tu as un regard nouveau dans le domaine. Tu trouves que tout va bien ? Tu aurais une ou deux idées pour l’améliorer ?
Durant mes 2 années chez T.Palm, j’ai suivi assez bien de courses avec Pascal Pieterarens (en particulier) pour voir comment cela se passait avec tous ces véhicules ! J’ai ainsi appris la vie en course. J’avais beaucoup d’à-priori après l’accident d’Antoine Demoitié, que je connaissais assez bien. J’étais encore un peu jeune et assez choqué. J’étais chez lui 2 mois avant le drame… Grâce à ces voyages en course, j’ai eu un regard neuf. J’ai appris à rester davantage neutre et plus posé. Tout ça par moi-même, sans aide extérieure. Avant cela, j’étais plus « explosif » dans mes idées.
C’est vachement compliqué de conduire en course, de garder son calme, de prendre les bonnes décisions en cas d’incident… Je n’ai jamais été stressé avec Pascal, c’est un excellent chauffeur. Les épisodes les plus marquants sont, je pense, les chutes. Je n’en ai vécu que 2 « grosses » à bord de la voiture. La plus marquante, celle de Vincent De Sy au Samyn 2018. Là oui, c’est stressant. Ce que j’aime le plus en course, c’est monter au peloton. J’ai déjà donné quelques bidons, bien que n’étant que simple passager. C’est vraiment chouette, et il faut être très concentré dans ces moments là, un accident est vite arrivé.
Pour répondre à ta 2eme partie de question, non, le vélo ne va pas vraiment bien. Il suffit de regarder le nombre de coureurs sur le marché et le nombre de sponsors qui se retirent pour comprendre. Cette fin de saison a été terrible ! Les bénévoles sont aussi en manque considérable. D’un côté, il y a de plus en plus de gens qui veulent être payés et d’autre part, il y a des gens qui ne remercient pas les bénévoles… Certains peuvent alors baisser les bras, ce qui n’est pas mon cas.
Je ne pense pas avoir assez d’expérience pour proposer des solutions concrètes. Je n’ai que 17 ans, je suis dans le vélo depuis 6 ou 7 ans maximum… Je ne veux pas me prendre pour ce que je ne suis pas.
7) Te voilà incorporé au « Team Differdange GeBa ». Alors ? Une promotion ? Une belle équipe ?
D’abord, un petit mot quant à mon départ. Je préfère éclaircir la situation pour qu’il n’y ait aucun malentendu. J’ai pris la décision de quitter T.Palm fin septembre, avec effet immédiat. Plusieurs raisons m’y ont poussé. J’ai pris cette décision entièrement seul, aucune personne extérieure à l’équipe ne m’y a poussé. Par ailleurs, la fin de l’équipe n’a strictement rien à voir avec mon départ. Même si l’équipe continuait, je m’apprêtais à partir.
Je suis surpris de ne pas être resté trop longtemps sans équipe : j’ai reçu entre 5 et 10 propositions en 3-4 jours ! Il y avait vraiment de tout : des clubs élites, U23 ou de jeunes ainsi que des conti, du belge et de l’étranger, et encore d’autres propositions venant d’organisations, etc… Je ne m’attendais pas à autant ! Je dois te remercier pour l’article que tu as publié sur ton site, cela a sans doute aidé. Differdange est venu à moi, sans que j’aille frapper à la porte de qui que ce soit, et cela m’est semblé être la meilleure option. Rester en conti n’était pas le facteur le plus important, mais c’est quand même chouette d’être avec les pros de temps à autre. J’ai pu, pendant l’hiver, me rendre chez plusieurs personnes (des gens qui connaissent vraiment le vélo) et qui m’ont dit que j’avais fait le meilleur choix. J’ai pu prendre la bonne décision au moment adéquat. Il était temps que je change d’air.
Mon choix pour Differdange ne veut pas dire que les autres propositions sont mises à la poubelle, loin de là.
8) Tu as certainement déjà pu prendre tes marques. Impeccable ? Tu va aider sur quels supports ?
J’ai été accueilli comme jamais je ne l’avais été auparavant ! Je pense que le management a conscience qu’un bénévole comme moi est rare. On m’a invité 3 jours au team building, mais j’ai malheureusement dû décliner l’invitation suite à mes examens scolaires… J’y suis cependant allé une soirée, histoire de prendre contact avec l’ensemble de l’équipe.
J’ai aussi pu découvrir des applications web que je ne connaissais pas.
9) La distance ne va pas te poser de soucis ?
Quand j’étais invité à une réunion/présentation avec T.Palm, je devais me déplacer sur Verviers le plus souvent. La différence de trajet entre Verviers ou le Luxembourg n’est pas énorme. C’est une histoire de 20 ou 30 kilomètres en plus… J’avais d’autres propositions plus proches mais j’ai choisi de sortir des sentiers battus. Tel est le meilleur moyen pour prendre de l’expérience.
Evidemment, le programme de T.Palm était (selon moi) le meilleur. Les coureurs ne pouvaient pas trouver mieux, c’est certain. Differdange fait quand même assez bien de courses en Belgique ou en France. Je pense au « Criquielion » ou à Overijse. Je découvrirai sans doute une course ou l’autre avec eux. Mon programme à moi va donc changer un peu, mais les grandes lignes seront les mêmes.
10) Quelles sont les missions qui te sont confiées ? Tu vas prester seul ou dans un groupe ?
La page du « Team Differdange GeBa » était déjà gérée par plusieurs personnes, à tour de rôle. Avec mon arrivée, je serai épaulé par 2 d’entre elles. Une pour me communiquer les infos, l’autre pour tout ce qui est l’aide informatique, en cas de besoin. C’est l’avantage par rapport à T.Palm, je serai entouré de gens connaisseurs dans ce domaine. Je pourrai donc y améliorer mes compétences. Ce sera davantage « pro ».
Je vais poursuivre sur ma lancée tout en respectant les consignes du management. A première vue, ils semblent assez ouverts d’esprit.
Ma mission première sera en tous cas de gérer tout ce qui se trouve sur le web, et les photos. J’avais eu la chance, l’an passé, d’avoir mes propres photos individuelles sur les cartes que Pascal vendait. J’espère aussi rééditer cela cette année avec Differdange.
11) Tu peux nous parler un peu de l’équipe ? Staff, coureurs, … ? Programme ?
L’équipe « Differdange GeBa » possède 15 coureurs dont 3 belges (2 wallons, 1 flamand), 2 néerlandais, 2 allemands, 1 français, 1 américain, 1 hongrois et une majorité de luxembourgeois, forcément. Il y a eu un changement dans la direction juste avant que je n’arrive. Le programme n’est pas encore vraiment fixé à l’heure actuelle. La présentation devrait avoir lieu le mois prochain et j’y serai présent.
12) Tes attentes/espoirs pour 2019 ?
J’espère que les coureurs du « Team Differdange GeBa » feront d’excellents résultats. J’y étais habitué de plus en plus chez T.Palm, surtout en 2018, ils ont été au top !
Mon objectif à long/moyen terme est de vivre de ma passion. Je pense pouvoir le faire et je donnerai tout ce que j’ai en moi pour y arriver.
Mon rêve est de créer une équipe continentale et d’y réunir tous mes amis coureurs, DS, soigneurs, mécanos, …  Si je gagne à la loterie, je me lance ! Je ne suis pas fou, je sais ce que cela implique !
13) Je tiens à préciser, aussi, que je suis bénévole. Je sacrifie mon temps et mon argent (pour les déplacements, l’électricité, notamment) au service des autres. Je me fais seulement rembourser l’impression et l’envoi de la revue que je rédige. J’attends donc un « merci » en retour de tout ce que je fais. Bien sûr, je me ferai payer un jour, il faudra bien que je puisse me payer à un moment donné, mais le bénévolat est, je pense, le meilleur moyen d’acquérir de l’expérience en amont. (LCOW : CHAPEAU !!! C’est ce qui manque incontestablement à notre sport … les gens désintéressés)
Encore un grand merci pour l’article.
A bientôt ;
Arnaud
LCOW : Le voilà relancé pour une saison avec le « TEAM DIFFERDANGE GeBa ». Une belle équipe qui avait PARDINI, CATANIA, DONDERS, VERWAEST, … dans ses rangs l’an dernier. Cette fois, ce sera : DERUETTE, DEGUIDE, BEARD, CENTRONE, FRANZ, KOCKELMANN, MOL, PATTYN, PETELIN, THILL, VAN ELZAKKER, DA SILVA, MULLER, ROSZA et WINTER. Nous entendrons certainement parler d’eux en 2019. Quant à Arnaud, pas de doute qu’il saura rapporter tout ce qui concerne ses nouveaux partenaires dans les moindres détails. Nous l’avons vu à l’oeuvre et nous savons qu’il aime le travail de qualité. C’est un perfectionniste. Bonne chance à Arnaud et à son team !!!
>>> Sur que si nous voyons des « DIFFERDANGE » sur nos routes proches, nous ne manquerons pas de lui faire un retour … . lol

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s