« DE L’ESPRIT DES LOIX ». #Montesquieu

UN PETIT MOMENT DE RÉFLEXION.

Corrigé, le 19/02/2019.

« De la loi et de l’esprit de la loi » ou encore, « L’esprit de la loi, pas la lettre » (langage commun) sont de probables émanations du livre de Montesquieu : « DE L’ESPRIT DES LOIX ». (1748) Il s’agit de nous ouvrir à la réflexion pour éviter une vision tronquée, carrée, non adaptée. Ce n’est pas du « laisser-faire » ni du « laisser-aller ». Proche du droit, de l’histoire, de la sociologie, de l’économie voire même de la philosophie, les principes politiques inspirés par l’auteur imposent de réels questionnements. Il défend ainsi une théorie originale de la loi : au lieu d’en faire un commandement à suivre, il en fait un rapport à observer et à ajuster entre des variables. A bien y regarder, l’extrapolation est possible dans bien des domaines. #Jurisprudence

Récemment, notre attention a été attirée par un intitulé portant le titre suivant : « PARTICIPATION AUX ÉPREUVES NON RECONNUES » (Site de la FCWB). Un texte incisif et sans concession. Il rappelle aux coureurs détenteurs d’une licence de la fédération reconnue par la RLVB, l’UCI et le CIO qu’il y a un A.R, des prescriptions du Ministère de la Santé et une législation antidopage, qu’ils doivent respecter. En outre, la licence ne permet de concourir que dans les seules épreuves reprises (reconnues) au calendrier FCWB. (ou assimilées)

Légal. La FCWB se couvre et protège ses coursiers. Elle veille aussi à son pré carré. C’est une manière stricte de voir les choses. Le Règlement, c’est le Règlement. D’un autre côté, en Belgique, plusieurs ligues pour « tous coureurs » font le plein chaque semaine. Elles permettent à leurs licenciés de rouler constamment dans la proximité. Ces fédérations (cross, route) ne datent d’ailleurs pas d’hier. Elles ont été en concurrence avec la fédération nationale depuis la nuit des temps.

Dans le difficile contexte actuel est-il encore bien nécessaire de guerroyer ? Ne serait-il finalement pas plus judicieux que tout le monde s’entende en mettant, chacun à son niveau, un peu d’eau dans son vin ? Coureurs, organisateurs et fédérations pourraient certainement trouver là des solutions, même passagères, à un cyclisme régional qui se meurt à petit feu.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s