ENTRETIEN 5/2020 : Michel FLAMENT #MorduDeCyclisme #Deux-Acren

Photo. Mr Michel FLAMENT est ABSOLUMENT partout. FÉLICITATIONS. Ici à Silly pour le « GP CRIQUIELION » 2019.

Vous avez déjà sur site : (2019-2020)

1.Jonathan PLATEAU : Président des Cyclos de Saint-Roch.

2.Arnaud GUILLAUME : La Com’ dans tous ses états.

3.Gilles VANDENBOSCH : Un jeune de Obourg qui monte.

4. Yanis DUBOIS : Un bourgeon en pleine croissance.

Et pour ce cinquième entretien, vous aurez l’occasion de mieux connaître Mr Michel FLAMENT. Cet acrenois a baigné dans le cyclisme depuis son tout jeune âge. Il n’est pas étonnant qu’il en soit devenu un véritable mordu. Il est partout. Hiver comme été. A Lessines comme à Liège. De plus, il possède un véritable musée. Il a une connaissance approfondie des courses et des coureurs. Alors, quand en début d’année, nous avons entendu ses anecdotes sur « MA RADIO », nous avions promis de le contacter pour un entretien. Il a directement accepté notre proposition. GRAND MERCI à Mr FLAMENT pour ce très bon moment.

1.Bonjour Michel. Quand as-tu débuté le cyclisme/cyclotourisme et dans quel club ?

J’ai commencé à faire du cyclotourisme avec le « VELO CLUB ACRENOIS », avec Valéry WITTEMBERG, son fils Daniel, Georges LONGEVAL, Marcel HAEGEMAN, … début des années 1970. Un beau jour, j’ai décidé de fonder un nouveau club sponsorisé par les « Cycles BULTIAU » (commerce de mon beau-père). Nous avons décidé d’appeler ce club : « LA PEDALE ACRENOISE ». On n’avait rien inventé puisqu’un jour, Camille DRUEZ, dit : »Camille CABA » m’a montré une relique d’un vieux drapeau d’un club qui portait jadis ce nom. J’en ai fait une photo et c’est la seule trace qui me reste de ce drapeau.

2.Tu as été une cheville ouvrière de « LA PÉDALE ACRENOISE ». Tu peux nous rappeler brièvement qui était les membres et comment vous fonctionniez ? C’était la belle époque !!!

Dans le club, fort d’une bonne trentaine de membres, le comité, outre Néry BULTIAU qui était président d’honneur, se composait de moi-même, secrétaire, de Guy ORMAN, Ghislain LEYBAERT (ancien coureur indépendant), Luc VAN TRIMPONT, Edgard JUNCKER, Willy VAN NIEUWENHOVE. Le comité  a été modifié à plusieurs reprises pour remplacer certains membres par des nouveaux. Affilié à la RLVB, nous avions notre drapeau, des maillots aux couleurs jaune et vert et un journal mensuel qui renseignait les randonnées proposées ainsi que des conseils techniques. Notre local se trouvait au café « BAVIK », juste à côté de l’église de Deux-Acren. Suite à des conflits avec le tenancier, nous sommes partis au « CERCLE PATRIA », tenu par les beaux-parents de Claudy CRIQUIELION. Là, nous avons organisé une soirée « course sur rouleaux » ainsi qu’une course pour amateurs. Lorsque l’épouse de Willy VAN NIEUWENHOVE a repris le café « SAINT-PIERRE », dénommé auparavant « LE PURGATOIRE » et sis à Remincourt, nous y avons déménagé et avons là aussi organisé des courses et plusieurs brevets de 400 km sous forme de trèfle à quatre feuilles.

assiette1
Une relique de « LA PÉDALE ACRENOISE ».

3.Tu nous as souvent parlé de tes sorties longues distances. Les 400 km et plus ne te faisaient pas peur. Tu peux nous rappeler quelques rendez-vous auxquels tu as participé et qui t’accompagnait ? Sur quelle bécane ?

Ah, les longues distances !! Ce serai trop long de toutes les énumérer. Cependant, je citerai plusieurs brevets EURODAX de 200 km, 300 km, 400 km et 600 km. « MONS-CHIMAY-MONS », « NAMUR-BOUILLON-NAMUR », « RUBAN LUXEMBOURG » (280 km), « BREVET DE LA MONTAGNE DE REIMS », « OSTENDE-LUXEMBOURG », « LA FLECHE WALLONNE » et « PARIS-ROUBAIX » … sans crever ! Au début, je roulais sur un « GITANE » bleu et par la suite sur un « RALEIGH » tout équipé Campagnolo qui trône dans mon petit musée. Nous étions souvent quatre sur ces longues distances. Dans le club, on nous appelait : « Les quatre mousquetaires ». Ceux-ci s’appelaient : Michel FLAMENT, Luc VAN TRIMPONT, Edgard JUNCKER et Jules DESCHUYTENEER. Je suis le seul mousquetaire encore vivant. Jamais je n’oublierai ces moments historiques passés ensemble.

LCOW : Un bon moment pour faire revivre les camarades. #Pensées

mf3
Au GP IMPANIS.

4.Se marier avec la fille d’un marchand de vélos, c’était fort de café, non ? Pourvu qu’il s’agissait de ton réparateur attitré !! Quelles marques vendait-il ? 

J’étais marié avec Danielle BULTIAU, infirmière et fille de Néry, marchand de cycles. J’avais donc la chance d’avoir un « soigneur » et un mécanicien. Situation enviable pour un cyclo. Mon beau-père vendait des vélos « NOVY », « FLANDRIA », « GITANE » et « EDDY MERCKX ». Comble, un super fan d’Eddy que je suis n’a jamais eu de vélo « EDDY MERCKX » car j’avais un splendide « RALEIGH » que ma femme m’avait offert.

LCOW : Voir premier article sur les anciens commerces cyclistes de l’entité.

5.A un moment donné, tu n’as plus roulé mais tu as continué à aller sur les courses. Un besoin ? A raison de combien de déplacements cette année ? Souvent seul, pour la concentration ? Sur lequel as-tu pris le plus de plaisir et pourquoi ? Une vie consacrée au cyclisme. Pourquoi pas le foot ou la moto ? Un vrai mordu ? 

Quand j’ai arrêté de faire du cyclotourisme, j’ai attrapé le virus, dont j’espère ne jamais guérir. Je me suis dit, les courses à la tv, c’est bien, mais je veux me tremper dans cette ambiance, sentir à nouveau l’odeur de l’embrocation et « toucher » ces grands champions et ces jeunes pleins d’espoir et de courage. En 2019, j’ai assisté à 85 événements liés au cyclisme. Très souvent seul mais liant facilement connaissance avec d’autres amateurs de cyclisme, tant néerlandophones que francophones. L’événement qui m’a le plus marqué, c’est le « GRAND DÉPART »  du Tour de France de Bruxelles. J’ai assisté à pratiquement tout ce qui avait trait : courses, films, expos, inaugurations. J’ai réalisé un rêve : rencontrer Eddy et être en photo avec lui. Pourquoi le vélo ? J’ai été vacciné avec un rayon de bicyclette. Papa aimait aller voir les courses, mon parrain était directeur de la publicité chez « MARTINI », on devait regarder les courses à la tv et noter les fois que la pub « MARTINI » apparaissait. Tout jeune, je faisais beaucoup de sprints avec mes copains et je me défendais pas mal, si bien que j’ai voulu faire de la compétition, mes parents ont refusé. Plus tard, ayant marre de mon boulot d’employé de banque, j’ai voulu reprendre le commerce de mon beau-père, mais mon épouse et mes beaux-parents étaient contre.

Si, le foot, j’en ai tâté, au « FOOTBALL CLUB LESSINOIS », mais j’ai reçu un ballon en pleine figure et j’ai été dégoûté. La moto : c’est vraiment pas ma tasse de thé. Je suis monté une fois sur un SOLEX et ai dû rentrer dans une prairie pour m’arrêter car je ne trouvais pas le frein !!!

mf1
Au CAYOTEU lessinois.

6.Tu n’as jamais envisagé prendre une fonction à la ligue : délégué, administrateur, … ? Ou dans une autre fédération ? As-tu été signaleur ?

J’ai été délégué « touriste » de la Province du Hainaut en 1980 et 1981. J’ai été également trésorier de cette même Province pour le cyclotourisme en 1982. Je n’ai jamais été signaleur, sauf pour signaler l’arrivée d’un peloton de cyclotouristes qui participaient à nos organisations.

7.Tu est également un collectionneur de premier ordre. Tu peux nous dire de quoi elle est constituée ? Tes plus belles pièces ? Les brocantes, encore et toujours ? 

Ma collection se compose de : maillots, casquettes, musettes, bidons, trophées, voitures miniatures du TDF. J’ai une cinquantaine de livres sur Eddy MERCKX et beaucoup de livres sur le TOUR font partie de ma collection d’environ 300 livres. Je collectionne tout ce qui concerne Eddy : vieux journaux, articles sur sa famille, vielles revues, assiette, CD et disques. Mes plus belles pièces sont notamment un calendrier Eddy MERCKX de 2005, tiré à mille exemplaires et qui relate toutes ses victoires. J’ai également une plaque de vélo de 1815. En 2019, j’ai parcouru 84 brocantes et parfois les brocanteurs m’appellent Mr Eddy Merckx. (quel honneur) Je vais parfois loin pour dénicher la perle rare. (Alost ou Audenarde)

mf4
A Grammont.

8.Tu es attaché à MERCKX comme à la prunelle de tes yeux. Une raison ? Sans oublier que tu es déjà dans le FAN CLUB de Remco EVENEPOEL. Tu bouches ton emploi du temps déjà bien chargé ? 

Si je suis tellement attaché à la personne de Eddy MERCKX, c’est parce que je le considère comme LA personne qui a fait le plus de bien au cyclisme. Quand je rate un événement qui est lié à ce grand champion, j’en suis malade. Pour le départ du Tour en 2019, j’ai fait confectionner un tee-shirt à son effigie et je l’ai arboré fièrement. Par ailleurs, je fais partie du fan club de Remco EVENEPOEL (Hainaut). Je collectionne également tout ce qui le concerne et peut-être encore avec plus de ferveur que pour Eddy, car j’ai la chance de le suivre depuis ses débuts.

9.Quelques mots une seule réponse !!! Sauf MERCKX … .

Un beau maillot : Mon maillot de champion du club en 1981.

Un coureur belge : Claudy CRIQUIELION.

Un coureur étranger : Peter SAGAN.

Une marque de vélo : RALEIGH.

Une super épreuve : Le Tour de France.

Une dame : Marianne VOS.

Le pays du vélo moderne : La Slovénie. (Roglic, Pogacar)

Le coureur belge de l’histoire : Rik VAN LOOY.

Pneu ou boyau : Boyau pour la facilité en cas de crevaison.

Mer ou montagne : Montagne avec regret de n’avoir jamais gravi un grand col.

mf2
A la « NOKERE KOERS ».

10.Le dernier mot est pour toi. Le ou les sujets sont les tiens. A toi l’honneur. 

Pour terminer, je dirai : faites du vélo, c’est très bon pour la santé, ça permet de découvrir de beaux coins et de rencontrer des gens sympathiques. Profitez-en tant que vous pouvez, avant de passer au vélo électrique et enfin au fauteuil. Allez sur les courses, supportez ces champions et ces jeunes. N’oubliez pas que les courses, c’est un spectacle merveilleux qui est en général gratuit. Les lignes d’arrivées sont un « stade » où la bagarre est absente. Les clubs organisateurs ont besoin de vous pour les soutenir dans leur combat incessant pour assurer une réussite à la mesure de leur dévouement.

En trois mots : VIVE LE VÉLO !!!

LCOW : Nous voilà arrivés au terme de l’entretien de Mr Michel FLAMENT. Vous aurez constaté qu’il est très actif. Enthousiaste aussi. Le vélo, c’est sa vie. Il ne pourrait pas faire un jour sans bicyclette. Le milieu manque de gens aussi concernés. Un race très certainement en voie de disparition. Et puis, avec le background qui est le sien, il a un pouvoir de restitution qui profite à tout un chacun. Le voilà reparti pour une année bien remplie. Il a déjà programmé ses sorties. D’ailleurs, il est dans les starting blocks. Les belles épreuves belges arrivent. Merci encore à Mr Flament pour son implication. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s