« C’ETAIT HIER ». #PasséLointain #L-B-L #2020

Photo. Les protagonistes de 1984.  ANDERSON-KELLY-CRIQUIELION.

Retraçons la course. Emile MASSON mène la barque – Directeur de course. Le temps était printanier. Le danois ANDERSEN s’échappe seul dès Bastogne. FIGNON démarre dans MONT-THEUX et rejoint le coureur de l’équipe COOP.  Une erreur. MADIOT qui imaginait qu’à quatre, avec JULES, ils allaient pouvoir se la jouer cool. GUIMARD (ds) avait tout faux. Derrière, KELLY, 28 ans est très costaud. Au départ, pas de RAAS, pas plus de MOSER, ni de SARONNI. N’oublions pas les défaillances de HINAULT et LEMOND. La porte était grande ouverte pour l’irlandais. Le problème consistait à assurer le regroupement. Et là, les commentaires des journalistes sont dubitatifs. Un grand doit assumer et assurer. Ce que fit CRIQUIELION avec des gaillards pourtant accrochés à sa roue. MARLAIR dira : « Que je suis fier, Claudy est le meilleur, le plus fort … il a roulé en CHAMPION … il est de la trempe des grands coureurs … il est souvent trop attentiste mais là, il a attaqué … ». Tout est dit. Phil ANDERSON s’est retrouvé bien seul face aux copains KELLY/CRIQUIELION pourtant dans des équipes différentes.

CRIQ

« LA DOYENNE » est une course sélective. Elle ne convient pas aux faiblards. La tactique fut à l’ordre du jour, un peu comme la bataille des Ardennes en ’40. Comme souvent dans ces cas-là, l’entraide fait des émules. CRIQUIELION comprend que l’affaire se présente mal. NEVENS et VERLSUYS ont sauté. Il reste à espérer un miracle. Et s’il ne vient pas, on fera pour le mieux. KELLY gagne tout en étant reconnaissant au CRIQ que ce qu’il a fait dans le regroupement avait été significatif. CRIQUIELION sera 7eme mais avant de voir la place, il faut regarder la course. Un athlète n’est pas qu’un palmarès, il est aussi un entreprenant, un attaquant, un solidaire et surtout un sportif qui se mouille, si pas pour lui, au moins pour ses comparses. Ce « LBL » de ’84 fut une très belle édition. Nous étions au premières loges.

« SPLENDOR-MARLAIR », une des dernières grandes équipes belges. N’en déplaise à VANDERAERDEN qui s’est moqué d’eux. (en 1984) CRIQUIELION a dédié sa saison à son patron. C’est ce qui s’appelle de la RECONNAISSANCE. L’homme de la terre avait des valeurs qui restent encrées dans une éducation respectueuse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s